Déclaration concernant les Jeux de la Francophonie de 2021 - Moncton / Dieppe

Written by  jeudi, 31 janvier 2019 19:48

Le 30 janvier 2019, le premier ministre Blaine Higgs a annoncé la décision du gouvernement du Nouveau-Brunswick de renoncer à l’accueil des Jeux de la Francophonie 2021. Même si nous sommes déçus que le Nouveau-Brunswick ne sera plus l’hôte de cette compétition internationale, nous comprenons la position prise par le gouvernement. Étant donné les couts exorbitants dévoilés au cours des derniers mois et les difficultés financières actuelles de la Province, accueillir ces Jeux avec la formule actuelle de partage des couts aurait exercé une pression énorme sur la Province.

Le premier ministre Higgs a déclaré à plusieurs reprises au cours des derniers mois que l’engagement de 10 millions de dollars serait honoré. Même si nous comprenions qu’une partie de cet argent a été dépensée et qu’il en faudra encore plus pour mettre fin à l’accord d’accueil, nous espérons que les fonds restants, qui ont été engagés pour le sport et la culture, resteront dans ces domaines. Sport NB n’a certes aucune expertise à offrir concernant l’aspect culturel, mais nous aimerions attirer l’attention sur quelques éléments clés pour notre province.

  1. Les avantages de la participation à des activités sportives, récréatives et physiques sont nombreux, significatifs et variés. L’Institut canadien de la recherche sur la condition physique et le mode de vie a énuméré les avantages de la participation, notamment la réduction des comportements sédentaires, une solution à la croissance du diabète de type 2 et le maintien d’un poids santé. Chacun de ces facteurs revêt une importance particulière pour le Nouveau-Brunswick, qui se classe au 8e rang en ce qui concerne le niveau d’activité physique provincial au 2e rang pour ce qui est du taux d’obésité (33,2 %) et au 2e rang pour le diabète de type 2 (6,3 %).
  2. La participation peut également soutenir des objectifs tels que défier les styles de vie sédentaires, promouvoir l’engagement communautaire, encourager le développement du leadership, favoriser l’estime de soi, éloigner les gens des activités à haut risque et renforcer les liens avec la nature – pour n’en nommer que quelques-uns. Pour maximiser tous ces avantages, le sport et les loisirs doivent fournir des expériences de qualité et, de plus en plus, cela repose sur un leadership rémunéré.
  3. À mesure que les exigences imposées au système de sport du Nouveau-Brunswick continuent de croitre (politique sur les commotions cérébrales, promotion de la participation des groupes sous-représentés, alignement sur le modèle canadien de développement à long terme de l’athlète, mouvement Respect dans le sport, etc.), plus d’organisations locales et provinciales estiment qu’il est devenu essentiel de se doter d’un membre du personnel.
  4. Le personnel administratif et le personnel technique sont nécessaires au système, mais ils entrainent une augmentation des couts. Certaines grandes organisations dotées d’un directeur général ont réussi à financer un poste de directeur technique à même leurs ressources. Toutefois, la grande majorité des organisations ne peut pas se permettre de renvoyer la facture aux participants, et choisit donc de s’en passer. Augmenter les couts d’un programme pour payer du personnel technique, c’est chasser des enfants du système.